Actualités du voyage

Redressement judiciaire d'Aigle Azur : vols suspendus après le 6 septembre Nouveauté !

Redressement judiciaire d'Aigle Azur : vols suspendus après le 6 septembre

Facebook logo Twitter logo LinkedIn logo Mail logo

[Mise à jour le 09/09/2019]

La situation semble inextricable pour Aigle Azur, ses salariés et ses passagers. Depuis que ses difficultés ont éclaté au grand jour, les choses évoluent très vite. En redressement judiciaire depuis le 2 septembre, elle a annoncé à ses salariés hier, jeudi 5 septembre, que tous ses vols étaient suspendus à compter du 6 septembre minuit, abandonnant ses passagers à leur sort...

Suspension des vols Aigle Azur après le 6 septembre

« La situation financière de la société et les difficultés opérationnelles en résultant ne permettent pas d’assurer les vols au-delà du (vendredi) 6 septembre au soir ». Le couperet est tombé par le biais d'un communiqué interne adressé aux 1 150 salariés d'Aigle Azur. Les administratrices de la compagnie ont pris cette décision face à l'ampleur des difficultés financières, trop longtemps minimisées par la direction d'Aigle Azur.

Au lieu des 40 millions d’euros de dette initialement annoncés, celle-ci pourrait en fait atteindre 70 millions d’euros. Les salaires du mois d’août n’ont pas été payés par Aigle Azur et ont été pris en charge par le régime de garantie des salaires (AGS). Ils devraient en être de même pour le mois de septembre.

Ainsi, alors qu'Aigle Azur avait déjà annoncé, début août, suspendre sa liaison Paris-Sao Paulo à compter de mi-septembre, présageant des fortes turbulences à venir, avant de suspendre, le 5 septembre, ses vols vers le Mali et le Portugal, ce sont désormais l'ensemble des liaisons qui ne seront plus assurées à compter de ce vendredi soir. Cependant, tous les vols prévus ce 6 septembre ne seront pas assurés. Aussi, les passagers  sont-ils invités à consulter la liste des vols maintenus par Aigle Azur.

Des passagers abandonnés à leur sort

Sur le site de la compagnie aérienne française, la page d’accueil a ainsi été remplacée par un communiqué aux passagers aériens qui indique : « Si vous effectuez un vol retour après le 6 septembre 2019, et ce quel que soit l’aéroport de départ, ce vol est annulé. Vous serez contraint d’acquérir un autre billet retour ». De ce fait, les passagers lésés n’ont d’autre solution que de racheter un billet par leurs propres moyens. Conformément à la possibilité de proposer un tarif spécial pour rapatrier les usagers bloqués par cette situation, formalisée par l'Association Internationale du Transport Aérien (IATA) en 2014, Aigle Azur rappelle néanmoins que « des tarifs préférentiels pour l'acquisition d'un nouveau billet peuvent être proposés par les autres compagnies aériennes ».

Des tarifs rapatriement proposés par des compagnies concurrentes aux « naufragés » d’Aigle Azur

Plusieurs compagnies - parmi lesquelles Vueling, Air France, Transavia - proposent des tarifs rapatriement aux quelques dizaines de milliers de passagers d'Aigle Azur bloqués dans les aéroports desservis par la compagnie en difficulté.

Aigle Azur a dressé la liste des compagnies concernées sur son site. Elles ne desservent pas toutes les mêmes liaisons et les places sont en nombre limité. En attendant l'annonce d'un repreneur potentiel, le gouvernement s'organise pour faire rapatrier les Français bloqués par cette situation à l'étranger.

Quels recours pour les passagers d’Aigle Azur ?

En ce qui concerne les recours des passagers, ils s’avèrent malheureusement très limités. Aigle Azur précise d’ailleurs dans son communiqué que « la situation financière de la société ne permet pas d'espérer un dédommagement rapide, les procédures devront être engagées par les organes de la procédure à cet effet ».

« Le seul salut peut donc venir d’un tiers, dans le cas où les passagers ont acheté leurs billets via une agence ou, éventuellement, s’ils ont souscrit une assurance voyage qui les couvre en cas de défaillance de la compagnie. Les passagers qui ont réservé un voyage à forfait via une agence ou un tour-opérateur doivent se rapprocher au plus tôt de leur prestataire. Ce dernier a en effet une obligation d’assurer les prestations vendues et d’assurer au mieux le voyage de ses clients », rappelle Anne-Laure Hery, porte-parole chez Air Indemnité.

Aigle Azur rappelle d’ailleurs cette possibilité : « Pour les billets acquis auprès d’agence de voyage, il appartient aux passagers de se rapprocher de leur agence de voyage pour étudier les conditions de remboursement ou de remplacement ou de dédommagement, du billet annulé. »

Les passagers ayant réservé un vol sec, en revanche, ont des recours très limités. Outre la possibilité de bénéficier d’un tarif préférentiel que peuvent proposer des compagnies concurrentes, ils peuvent se tourner vers leur assureur et/ou leur banque puisque certaines procédures exceptionnelles peuvent permettre d’obtenir un remboursement. Pour le reste, les voyageurs victimes de cette situation n'ont qu'un recours : déclarer leur créances aux admnistrateurs judiciaires de la compagnie. La compagnie Aigle Azur indique la marche à suivre sur son site.

« Le Centre Européen des Consommateurs a d’ores et déjà mis à jour les informations au sujet de la situation d’Aigle Azur sur son site Internet et rappelle les recours possibles pour les voyageurs victimes du redressement judiciaire de la compagnie aérienne, à savoir faire opposition au paiement comme l’autorise le Code Monétaire notamment en cas de redressement judiciaire du bénéficiaire du paiement ou bien bénéficier de la procédure dite de « chargeback » qui permet aux passagers d’être directement remboursés par leurs banque s'ils ont payé leur billet par carte bancaire. Cela n’est pas automatique et cela relève du cas par cas ; nous invitons donc les clients de la compagnie à contacter dans les meilleurs délais leur établissement bancaire », conseille Anne-Laure Hery.

Même si la compagnie Aigle Azur indique que « la recherche de repreneurs se poursuit et que des marques d’intérêts ont d’ores et déjà été reçues par les organes de la procédure », il n’y a aucune certitude sur le sort qui lui sera réservé. Air France travaillerait notamment à une offre. Les repreneurs potentiels d’Aigle Azur ont seulement jusqu’au lundi 9 septembre à midi pour déposer leurs offres.

Auteur : Vanessa d'Air Indemnité

Crédit photos : © imagii - Pixabay

Rédigé le 06/09/2019

Tags : Compagnies aériennes Vols annulés

Ces articles pourraient également vous intéresser :

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici