Actualités du voyage

Menace de grève cet été chez Air France HOP!

Menace de grève cet été chez Air France HOP!

Facebook logo Twitter logo LinkedIn logo Mail logo

Un an après la fin d'une vague de grèves qui a entaché l'année 2018 d'Air France, les pilotes de sa filiale HOP! - rebaptisée Air France HOP! en février dernier  - menacent de faire grève en pleine saison estivale. Ils s'estiment lésés par la nouvelle stratégie commerciale d'Air France (ce sont les seuls à ne pas être intégrés à la maison-mère, contrairement à Joon et Transavia). Le Syndicat National des Pilotes de Ligne (SNPL), qui les représente, se prononcera le 9 juillet au lendemain d'un « ultime » rendez-vous avec la direction d'Air France.

Une réduction de 15% de l'offre HOP! sur trois ans

En janvier, le PDG d'Air France, Benjamin Smith, annonçait une nouvelle stratégie pour Air France. Au coeur de celle-ci : la capitalisation sur la marque phare Air France qui passe par une simplification de l'offre. Ainsi, la jeune fililale d'Air France, Joon, lancée en 2017, et la compagnie régionale HOP! ont fait les frais de ce recentrage. La flotte et les personnels de Joon ont officiellement été absorbés par la maison-mère, tandis que le pavillon HOP! est rebaptisé Air France HOP! pour mettre en avant le blason Air France... Locomotive du groupe, la filiale à bas coûts Transavia va, quant à elle, être développée, alors qu'elle se limitait jusque là à une flotte de 40 appareils.

A l'inverse, HOP! est déficitaire et doit faire face à un plan de départs volontaires (concernant 465 postes), annoncé mi-mai. La compagnie régionale d'Air France doit donc réduire la voilure. La direction d'Air France a, en effet, annoncé que l'offre de la compagnie régionale serait diminuée de 15% sur les 3 ans à venir, ce qui comprend notamment la fermeture de 10 lignes aériennes

Les pilotes de HOP! laissés pour compte ?

Dans ce contexte stratégique, les pilotes d'Air France détachés chez Transavia ont notamment obtenu de conditions de rémunération harmonisées dans le cadre d'un « accord de groupe » limité à Air France et à sa low-cost. Les représentants SNPL de la compagnie HOP! ont donc à leur tour demandé leur intégration au sein d'Air France, en vain, rendant la situation très tendue entre la direction d'Air France et les pilotes HOP! Certes, les ces derniers ont obtenu qu'un tiers des embauches de Transavia leur soient réservées, selon le journal La Tribune, mais avec la contrepartie de redémarrer leur carrière au bas de la liste de séniorité, « ce qui ne convient pas à des pilotes ayant déjà de 10 à 20 ans d'anciennenté chez HOP! ». Or, « Comment refuser de faciliter aux pilotes de HOP! l’accès à Transavia alors que celle-ci a besoin de pilotes en nombre pour assurer sa croissance rapide ? », s'étonne le SNPL.

Se sentant lésés, les pilotes de la compagnie HOP! ont donc déjà voté une résolution autorisant le dépôt d'un préavis de grève, même si cela est pour le moment resté à l'état de menace.  

Grève ou pas ? Verdict le 9 juillet !

En juin, les représentants du SNPL HOP! et du SNPL Air France avaient, en effet, déjà rencontré les directions des deux compagnies, mais sans obtenir d'avancée concrète concernant leur demande d'intégration aux personnels d'Air France :  selon le syndicat « à l’exception de quelques avancées à la marge », la direction d'Air France est demeurée « sourde » à cette demande, « au motif que la disparition de la marque HOP! répondait uniquement à une stratégie commerciale visant à simplifier l’offre au sein du Groupe ».

« Une ultime opportunité pour tenter de trouver des solutions acceptables par toutes les parties concernant les carrières est prévue pour la semaine du 8 juillet 2019 », a annoncé le SNPL. 

En fonction des réponses obtenues de la direction à cette occasion, un préavis de grève pourra être déposé. « On est prêts à entrer dans un conflit de très, très longue durée », a prévenu le président du bureau SNPL HOP!  

Quels sont les droits des passagers en cas de grève ?

Si le SNPL appelle les pilotes de la compagnie HOP! à cesser le travail début juillet, cela pourrait avoir des conséquences fâcheuses sur les voyageurs cet été. Aujourd'hui, HOP! opère 35 liaisons domestiques et dessert 11 destinations en Europe. Si des pilotes manquent à l'appel, des vols seront annulés. Que faire si votre vol est annulé à cause d'une grève de la compagnie aérienne ?

  • Prise en charge de la compagnie en cas de grève

Dès lors qu'elle annule un vol en raison d'une grève de ses personnels, la compagnie aérienne a l'obligation de prendre en charge ses passagers. Le règlement CE 261/2004 encadre les obligations des transporteurs aériens ; parmi celles-ci figure l'obligation de prise en charge et d'assistance à l'aéroport. C'est pourquoi si votre vol HOP! est annulé, la compagnie doit vous proposer à boire et à manger mais aussi offrir, au choix :

- un vol de remplacement au vol annulé (dans des conditions de voyage semblables et dans les meilleurs délais)
- le remboursement du billet d'avion non utilisé

Les passagers replacés sur un autre vol doivent, par ailleurs, être pris en charge dans l'attente de leur départ : outre les boissons et la nourriture, cela peut inclure l'hébergement et les trajets depuis/vers l'aéroport si le vol de remplacement n'a pas lieu le jour même. Dans le second cas, elle n'est plus tenue d'assister les passagers qui renoncent, ce faisant, à voyager avec elle, mais doit procéder au remboursement sous 7 jours.

  • Indemnisation forfaitaire en cas de grève de la compagnie

« Bien souvent, il y a confusion entre remboursement et indemnisation. Or, cela n'est pas pareil ! », tient à rappeler Anne-Laure Hery, porte-parole d'Air Indemnité. Si l'annulation du vol est imputable à la compagnie aérienne, comme dans le cas d'une grève de personnel, la compagnie est tenue d'indemniser les passagers pour le préjudice subi, et ce, qu'ils aient été remboursés ou replacés sur un autre vol, par ailleurs. Forfaitaire, cette indemnité est fixée par un règlement européen et dépend de la distance parcourue par le vol. Les vols HOP!, court et moyen-courriers, peuvent donc être indemnisés à hauteur de 250 euros par passager (vols de moins de 1 500 km) ou de 400 euros par passager (vols de 1 500 à 3500 km).

 

Auteur : Vanessa d'Air Indemnité

Crédit photos : © imagi (CC0 Creative Commons - Pixabay)

Rédigé le 04/07/2019

Tags : Compagnies aériennes

Ces articles pourraient également vous intéresser :

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici