Actualités du voyage

Grève illimitée des agents de sûreté à l'aéroport Barcelone le 9 août

Grève illimitée des agents de sûreté à l'aéroport Barcelone le 9 août

Facebook logo Twitter logo LinkedIn logo Mail logo

[Mise à jour le 06/08/2019]

L’aéroport de Barcelone-El Prat n’est décidement pas épargné par les perturbations, en pleine saison estivale. Après un week-end marqué par des grèves du personnel d'Iberia – doublées d'intempéries, qui ont paralysé de nombreux vols – les 27 et 28 juillet, l’aéroport catalan devrait également connaître des perturbations le 9 août prochain. En effet, les personneles en charge des contrôles de sécurité de l’aéroport sont appelés à faire une « grève illimitée » à compter de cette date. 

Grève d'agents de sûreté à Barcelone le 9 août

Alors que le dernier week-end de juillet a été marqué par l'annulation d'environ 135 vols des compagnies Iberia et Vueling, suite à la grève des personnels au sol de la première, le deuxième week-end d'août devrait aussi connaître des perturbations à l'aéroport de Barcelone-El Prat. Cette fois-ci, ce sont les salariés de l'entreprise privée Trablisa qui emploie près de 500 personnes en charge des contrôles de sécurité de l'aéroport catalan qui sont appelés à faire grève. 

Un syndicat de la société privée, en effet, déposé un préavis de grève le 29 juillet. Cette grève, d'une durée de 24 heures le vendredi 9 août est « indéfinie », c'est-à-dire qu'elle pourra durer jusqu'à ce qu'une solution au conflit soit apportée. Ce mouvement de grève vise à obtenir des améliorations des conditions de travail et de salaire. Les revendications portent essentiellement sur une augmentation de salaire d'un euro par heure ainsi que par des pauses de 10 minutes pour chaque heure travaillée, afin de compenser la surcharge de travail.  Les employés chargés des contrôles de sécurité à l'aéroport Barcelone estiment, en effet, que la société Trablisa ne respecte pas les engagements obtenus après une grève similaire à l'été 2017. 

Service minimum de 90% imposé par le gouvernement

Le gouvernement espagnol a imposé, le 6 août, par décret, un service minimum durant cette grève, estimant que ces services de sûreté font « partie intégrante des secteurs stratégiques tels que le transport aérien où un nombre limité d’employés occasionne un effet multiplicateur ».  

Ainsi, « compte tenu de l'incidence, de l'ampleur et de la durée de la grève, il est nécessaire de définir les services essentiels »a indiqué le gouvernement dans sa résolution qui fixe l'obligation de service minimum à 90%. Cette intervention gouvernementale a suscité un tollé du côté des grévistes. Et pour cause, le gouvernement a fixé, cette fois, des « services minimum plus élevés en cas de grève que ceux déjà mis en place à d'autres occasions » justifiant cette décision notamment par le fait que le niveau 4 de menace terroriste reste maintenu en Espagne et que des perturbations de vols liées à cette grève engendreraient « des pertes économiques considérables, en plus de la publicité négative pour ces entreprises, l'aéroport et la ville de Barcelone » en pleine période estivale.

Conseils aux voyageurs au départ de Barcelone

Les voyageurs qui ont un vol au départ de Barcelone le 9 août (et dans les jours qui suivent) risquent donc de devoir s'armer de patience, mais suite à l'imposition d'un service minimum, l'impact sur la ponctualité des vols sera donc moindre. Il vaut mieux néanmoins prévoir d'arriver plus tôt que prévu à l'aéroport, afin de passer les contrôles de sécurité dans les temps. En effet, faute de personnel en nombre suffisant à cause de la grève, les files d'attente aux contrôle peuvent s'allonger. De ce fait, pour ne pas risquer de manquer son vol à cause d'une longue attente aux contrôles, il est préférable d'envisager une marge supplémentaire. 
« Il est aussi possible de consulter le site de l'aéroport de Barcelone régulièrement pour se tenir informé d'éventuelles actualités concernant la grève et de prendre contact avec la compagnie aérienne, afin de savoir si des perturbations peuvent concerner son vol et s'il y a des précautions particulières à prendre », ajoute Anne-Laure Hery, porte-parole d'Air Indemnité.

Contacter la compagnie aérienne peut, en effet, être utile, notamment car l'heure limite d'enregistrement et d'embarquement peut varier d'une compagnie à une autre.

Auteur : Vanessa d'Air Indemnité

Crédit photos : © AENA

Rédigé le 02/08/2019

Tags : Grèves

Ces articles pourraient également vous intéresser :

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici